Catégories
Actualités Jeu de Rôle

Journée de mémoire de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions

« Instaurée à la suite de la loi Taubira du 21 mai 2001, la « Journée nationale des mémoires de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions » du 10 mai invite à la réflexion, à la fois civique et historique, sur l’esclavage et les combats qui ont conduit à son abolition ; sur le respect de la dignité humaine et la notion de crime contre l’humanité. » BnF

La BnF propose en ce jour de triste mémoire (cf ci-dessus) un dossier imagé basé sur le XVIIIe siècle qui montre clairement les conditions des esclaves et l’émergence des premières notions d’égalité entre les hommes issues de la période « des lumières » ! :O <3

De quoi s’inspirer et s’impreigner des façons et moeurs d’alors pour nos parties de JdR notamment Capitaine Vaudou, 7e Mer ou autre Pavillon Noir !
Et c’est la vraie vie… confinée ! <3

Source: https://www.facebook.com/bibliothequebnf/posts/10157552754422880
Lien vers l’album BnF sur l’esclavage: http://classes.bnf.fr/candide/albums/esclavage/index.htm

Aucune description de photo disponible.
« Le Code noir, ou Édit… servant de règlement pour le gouvernement et l’administration de la justice, police, discipline et le commerce des esclaves nègres dans la province et colonie de la Loüisianne », 1727. BnF, Département Droit, économie, politique.
Voir sur Gallica BnF : c.bnf.fr/ILj
L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air
Esclave brisant ses chaînes, estampe de François-Nicolas Chifflart (1825-1901), 1865.
BnF, Département des Estampes et de la photographie.
Voir sur Gallica BnF : c.bnf.fr/ILg
L’image contient peut-être : 1 personne, plein air
L’esclave (Surinam), « Candide, ou l’Optimisme », dans Œuvres complètes de Voltairem, Chapitre 19, 1787.
Gravure, 70 vol. in-8°
BnF, Réserve des livres rares.
Voir sur Gallica BnF : c.bnf.fr/ILp
Aucune description de photo disponible.
Des colonies françaises : abolition immédiate de l’esclavage, par Victor Schoelcher, 1842.
BnF, Réserve des livres rares, 8-LK9-426
Voir sur Gallica BnF : c.bnf.fr/ILs
Catégories
Actualités Jeu de Plateau Jeu de Rôle

Frosthaven: Pourquoi?

Par Lil Chonk, rappeur rolistique,  en direct du dernier bout du monde. Spéciale dédicace à ceux qui sont encore là après tout ce temps. Wesh.

                Si j’suis là aujourd’hui, c’est pour vous parler dans la vraie vie,  d’un petit évènement dans le milieu du jeu de rôle. Et en tant que fan de jeu de rôle, ça me fait mal de vous le dire comme ça mais c’est Frosthaven.

https://i1.wp.com/gusandco.net/wp-content/uploads/2019/12/frosthaven_announcement_500.jpg?fit=600%2C444&ssl=1

                Ouaip, vous ne vous trompez pas : Frosthaven. Créé par Isaac Childres, édité par Celophair, il s’agit de la suite de Gloomhaven,  un jeu de plateau coopératif où il est question d’exploration de donjons, de combats contre des monstres et de choix qui changent l’histoire. Pourquoi un évènement ? Car Frosthaven a réuni la coquette somme de presque 13 000 000 de dollars pour son financement participatif, devenant ainsi  le jeu de plateau le plus vendu de Kickstarter.

                Mais foi de p’tit chonk, laissez-moi vous expliquer pourquoi ce jeu est nul, pourquoi c’est un jeu de rôle et comment il se vend tellement mieux quand même…

Gloomhaven est nul ! :

                Vous avez vu le jeu ? Déjà, c’est un investissement de 130 euros, juste pour le jeu de base. Ça implique d’avoir du matos.  A ce prix-là, pour un jeu de rôle, vous avez un livre du joueur, un livre du maître et un livre de campagne.

                6 classes de personnages différents jouables mais on ne peut pas choisir la race. D’ailleurs, si le fait que ce soit des races différentes d’un univers  médiéval fantastique est sympa, on ne peut pas dire que leur description soit énorme. 7 lignes sur la classe, 7 lignes sur la race et un background digne des meilleurs scénarios de Vin Diesel : vous êtes dans une auberge, une aventurière aux allures riches s’approchent de vous…

                Un évènement aléatoire avant le scénar, un après au retour à la ville et entre les deux, le cœur du jeu : le donjon.  Présenté d’un coup dans le livre dédié, bonjour la surprise. Pour pouvoir le jouer, il faut lire 30 pages de règles parfois étranges comme l’intelligence artificielle et les règles de priorité de ciblage. Il y a une FAQ assez conséquente en complément.  Lourd.

                En parlant de lourd, je vais aborder la mise en place du jeu. Un plateau avec des pions en cartons pour le décor, des ennemis avec leur paquet de cartes. Chaque joueur a un plateau, un paquet de cartes pour l’aléatoire, un paquet de cartes actions, une feuille de personnage… et je vous passe les pions annexes pour les états comme assommé ou empoisonné.

                  On joue tous en même temps. On choisit 2 cartes dans sa main et on les révèle. Elles sont numérotés de 1 à 100 et contiennent 2 actions, 1 en bas, 1 en haut. Les actions du bas sont généralement des mouvements et celles du haut des attaques mais ce n’est pas tout le temps le cas. Donc vous ne faites pas ce que vous voulez, vous êtes guidés dans votre choix.

                Les scénarios ne sont pas très développés : tuer tout le monde et que l’un des joueurs sorte vivant. On ne peut pas dire que Vin Diesel va devoir se creuser la tête pour comprendre celui-là. Certains varient mais pas énormément. La ville est juste une phase où on gagne de l’expérience, où on achète son équipement.

                Les scénarios sont par contre liés les uns aux autres. Du fait de l’aléatoire des évènements autour, il est difficile d’avoir une progression évidente ou de savoir où on se situe dans l’histoire générale de Gloomhaven. On suit plus l’histoire de notre petit groupe qui voit des bouts d’une histoire plus grande. Chaque personnage a une quête personnelle, pas facile à résoudre et qui correspond plus à un achievement de jeu vidéo qu’à une vraie avancée de caractère. Chaque quête débloque une nouvelle classe de personnage la rendant jouable. 16 classes sont en tout disponibles.

                Donc pour résumer, pour 130 euros, vous avez la même chose qu’un jeu de rôle classique soit un système de jeu, un univers original avec une histoire mais une campagne que vous appréhendez au petit bonheur avec un jeu à la mise en place lourde et qui limite vos mouvements. Alors pourquoi 80 000 personnes ont remis 130 euros en moyenne pour avoir la suite ?

La réussite d’une alchimie :

                Bon, je vous dois une certaine honnêteté : je joue à Gloomhaven depuis 1 an et demi, plus de 60 scénarios à l’actif de notre groupe. Donc oui, j’en suis un fan inconditionnel.

                Il faut bien voir que Gloomhaven est bourré de défauts : Ce n’est pas un système très nerveux mais plus réfléchi, plus posé qui ne va pas simuler l’épique d’une situation et en effet, la gestion de l’histoire est par moment étrange. Et un peu comme un Zombicide, un Gloomhaven dépend beaucoup des gens autour de la table.  

                Mais si vous avez un groupe qui rentre dans le trip, vous aurez du mal à le faire sortir. Déjà parce que le système est assez simple au final. Oui, il y a un ou deux soucis au début mais le principe du jeu est accessible et en 1 séance, vous saurez tout ce qu’il faut faire. La force du système est la tension entre les joueurs quand ils doivent choisir leurs cartes pour faire en sorte que chacun puisse enchainer de la meilleure façon possible. Comme il est interdit d’annoncer l’initiative des cartes que l’on joue, il y a toujours une incertitude, un moment d’incompréhension quand ça ne marche pas ou un moment d’euphorie quand tout se goupille juste comme il faut. Et le fait d’être limité dans les actions permet à cette tension de se créer.

                Ensuite, l’histoire de son personnage est prenante : chaque niveau vous permet de gagner une carte de plus qui vous permet de créer de nouvelles combinaisons d’actions mais il vous permet aussi de mieux contrôler l’aléatoire, comme si vous pouviez trafiquer  vos dés, en ajoutant des faces ou en les changeant simplement. Si ce qui se passe autour de Gloomhaven est un peu confus, votre personnage lui est plutôt bien mis en avant.

                Les points forts du jeu, alors? L’équilibre à l’intérieur des donjons. Quel que soit le donjon que vous jouez, avec les classes que vous jouez et le niveau auquel vous jouez, le jeu est équilibré. En tout cas, la fourchette d’équilibrage du jeu tient le coup. Oui, certains scénarii sont plus faciles que d’autres mais le système de difficulté peut le rendre plus… rocailleux et dangereux.  

Autre point fort du jeu : les monstres. 47 types de monstres différents avec chacun son comportement, ses réactions et ses capacités. Et surtout mettre 2 types de monstres ensemble peut faire apparaitre des combinaisons plus fortes. Mettez un ours, l’une des créatures les plus fortes du jeu avec beaucoup de points de vie avec une fée qui peut le soigner et vous vous retrouverez avec un sacré problème sur les bras. Mettez notre ours avec des cultistes qui invoquent et vous allez devoir choisir votre cible. Les decks d’intelligence artificielle sont parfois tellement retors…

                J’ai beaucoup critiqué les éléments de l’histoire mais certaines idées sont sympas comme le fait de retrouver votre personnage parti à la retraite dans les rencontres aléatoires ou les différents codes qui parsèment le jeu. Il est difficile de vous parler de ce qui va arriver à votre groupe, de ce que cache Jekserah ou de ce que les 10 classes supplémentaires apportent. La seule chose que je peux vous dire, c’est que l’un des rares jeux où j’ai envie de toutes les jouer, et que deux personnes ne joueront pas un personnage forcément de la même façon.

                 Voilà tout ce qui explique le succès de Gloomhaven, ce n’est pas l’épique, c’est la coopération malgré l’adversité dans un univers dense, peuplé qui évolue. C’est une forme de jeu de rôle étrange en fait, qui rapproche les gens de la table…

En d’autres termes :

                Dans un jeu de rôle, on parle de la liberté de mouvement, d’interprétations et d’histoires. On parle d’univers colorés, denses et travaillés où les auteurs ont passé du temps à affiner la cohérence, du temps à peaufiner les détails. Mais ce n’est que de la poudre aux yeux. Un jeu de rôle au final, c’est ce que vous et votre bande de potes faites. Ce qui a poussé Frosthaven là où il est : ce n’est pas l’épique ou la poésie. C’est la coopération autour d’une table, la réflexion ensemble qui mène à la résolution du puzzle. C’est l’élément manquant à tous ces JDR qui écrivent un livre avant de créer un jeu que les gens peuvent s’approprier, tous ceux qui vont rester sur une étagère comme un bel objet.

 Chers auteurs/futurs auteurs de jeu de rôle, n’oubliez pas les joueurs.

Catégories
Actualités

Triste rappel sur la victoire du 08 mai 45

La BnF et RetroNews nous rappellent qu’on fête la victoire des Alliés sur l’Allemagne Nazi aujourd’hui !
Et c’est la vraie vie… confinée ! 

Source: https://www.retronews.fr/conflits-et-relations-internationales/echo-de-presse/2018/05/08/8-mai-1945-le-jour-de-gloire-est

Catégories
Actualités

Bel historique du 1er mai

Intéressant rappel de l’historique du 1er mai.
N’oublions pas !
Bon 1er mai à toutes et tous !
Et c’est la vraie vie… confinée !

Lien: https: www.facebook.com/watch/?v=301685830830523

https://img-4.linternaute.com/vtXcerf9VYXRyvbyMxIrW-nd2hU=/1240x/smart/dbddaae2176d46feb6ae0cd2eb47a6b5/ccmcms-linternaute/15315909.jpg
Catégories
Actualités Ah non... c’est la vraie vie

Triste anniversaire que celui du début de la construction d’Auschwitz

Juntrae, capitaine de Malphas prince-démon de la Discorde, soutenu par Firmflamme, démon de Bélial prince-démon du Feu, et aidé par Dixpline démon de Vapula prince-démon de la technologie, a réussi à convaincre en imposant une idée odieuse et à mettre en route une machine de mort en pleine Seconde Guerre Mondiale !
Ah non… c’est la vraie vie… confinée avec ce terrible anniversaire que nos plus jeunes ne doivent pas oublier… même dans les périodes troubles ou délicates comme aujourd’hui (sans aucune comparaison possible) pour que cela ne se reproduise jamais !

Source: https://www.facebook.com/franceculture/posts/10158227684908349

Catégories
Actualités BD

Betty Boop fête ses 90 ans !

Betty Boop n’a pas pris une ride et fête ses 90 ans !
Elle a su s’adapter à son temps, comme dernièrement en devenant un des symboles de Metoo !
Belle et courte vidéo retraçant son histoire !
Et c’est la vraie vie confinée !

Lien vers la vidéo: https://www.facebook.com/cultureprime/videos/673871506722574

https://www.telerama.fr/sites/tr_master/files/styles/simplecrop1000/public/capture_decran_2020-02-11_a_16.19.29.png?itok=jdyZ1C4k&sc=1513787c73515dde9dd94c40090caedc
Catégories
Actualités Jeu de Rôle

Casus Belli n°33 est disponible en pdf !

Le dernier Casus Belli, le numéro 33, est dispo en pdf pour les abonné(e)s !
Vous y trouverez beaucoup d’infos et de critiques mais également des scénarios pour Z-Corps par l’ami Zediak le rôliste, pour Chroniques Oubliées Fantastique, pour Héros & Dragons (DD5 like), ou encore pour Pathfinder !

Comment vous n’êtes pas abonné(e) ? Filez vite par là pour y souscrire et vous aurez droit aux pdf aussi: https://www.black-book-editions.fr/catalogue.php?id=210 !

Et c’est la vraie vie… confinée !

L’image contient peut-être : texte
Casus Belli n°33 est dispo en pdf pour les abonnés !
Catégories
Actualités Jeu de Rôle

Toutes les infos sur le Basic RolePlaying System de Chaosium !

Le fascicule d’utilisation du système BRP que Chaosium met gratuitement à disposition a été traduit par l’ami Jean-Christophe Cubertafon ! ❤
Il contient également les mécaniques de jeu ! ❤
On a donc là un JdR complet et gratuit à disposition ! ❤

Et c’est la vraie vie… confinée ! ❤

Lien de téléchargement: https://www.chaosium.com/content/FreePDFs/BRP/BRP%20SRD%201.0%20Fr.pdf

L’image contient peut-être : texte
Catégories
Actualités BD

Ulysse 31 magnifiquement revisité !

Une version revisitée magnifique d’Ulysse 31 par Cédric Peyravernay. !
Ses autres dessins dans le même genre/style: https://www.artstation.com/cedricpeyravernay

Et c’est la vraie vie… confinée !

L’image contient peut-être : 3 personnes
Ulysee 31 magnifiquement revisité !
Catégories
Actualités Ah non... c’est la vraie vie

Bientôt des vols spatiaux habités lancés depuis les USA !

Le méga renégat infiltré chez Space X parvient à relancer des décollages de vols spatiaux habités depuis les USA !! :O <3
Ah non… c’est la vraie vie… confinée et la reprise de vols habités vers l’espace ! 😮❤️🚀
Source: https://www.cnn.com/2020/04/17/tech/spacex-crew-dragon-nasa-demo-2-launch-date-scn/index.html

Bientôt des vols spatiaux habités lancés depuis les USA ! 🚀